Témoignage d'Alain Fuchs

Président de l’Université PSL
"Le comité d’experts a été sensible à la situation de l’institution que je dirigeais et à ses attentes, n’hésitant pas, pour que l’exercice de l’évaluation soit le plus bénéfique possible, à adapter sa démarche d’évaluation en conséquence."

Publié le

En tant qu’ancien Président d’un organisme de recherche, le CNRS, et actuel Président d’une jeune université, PSL, j’ai été amené à rencontrer le Haut Conseil d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur dans des contextes différents. Ici comme là, le comité d’experts a été sensible à la situation de l’institution que je dirigeais et à ses attentes, n’hésitant pas, pour que l’exercice de l’évaluation soit le plus bénéfique possible, à adapter sa démarche d’évaluation en conséquence. Ce fut particulièrement vrai pour l’évaluation de PSL, où le comité a rapidement pris conscience des limites actuelles du modèle de la ComUE pour conduire une évaluation guidée par l’unique soin d’accompagner cette jeune institution dans sa dynamique d’intégration et par la volonté de lui proposer des pistes utiles à son développement. Cette attitude, jointe à la liberté laissée aux institutions d’organiser elles-mêmes leur évaluation et à la possibilité qui leur est offerte d’exercer un droit de réponse, est exemplaire d’une démarche où les institutions sont jugées en toute confiance et de manière responsable.