Témoignage de Bernard Coulie

Professeur à l’Université catholique de Louvain, recteur honoraire, président du comité en charge de l’évaluation du regroupement Paris-Saclay

Publié le

Bernard Coulie

En tant que président, mon rôle est d’animer le comité d’experts et d’impulser un rythme, surtout lors des visites sur site. C’est au président de faire le lien entre chaque membre et entre chaque chapitre du rapport d’évaluation. Je suis satisfait lorsque je constate qu’à la fin du processus le rapport est cohérent et offre une vision d’ensemble. C’est au moment du débriefing que nous partageons le maximum d’informations et que les conditions de cette cohérence se créent. Avoir une vision transversale est crucial, plus encore dans le cas d’un établissement fusionné, comme à Paris-Saclay. Lorsque l’objet évalué est en pleine mutation lui-même, il faut tenir compte de la trajectoire, c’est-à-dire de son passé, tout en intégrant le fait que nous évaluons précisément un regroupement en cours. L’enjeu est aussi de prendre en compte la multiplicité et la particularité des acteurs, et bien sûr d’identifier la plus-value de ce que l’on évalue. Le fait que nous évaluions une coordination territoriale au moment où les établissements n’ont pas encore fusionné n’est pas toujours simple car les rapports du Hcéres arrivent aux structures lorsque celles-ci ont basculé dans le nouveau modèle. Ce décalage mérite sans doute d’être réduit si l’on veut garder intacte la motivation des évalués.
 



Témoignage recueilli dans le cadre du rapport d’activité 2019 du Hcéres