Témoignage de Denis Despréaux

Chef de la délégation aux affaires européennes et internationales, ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

Publié le

L’interopérabilité propre au processus de Bologne, autrement dit la circulation facilitée des étudiants et des enseignants entre les différents systèmes de formation européens, repose sur le système d’assurance qualité défini dans ce cadre. L’Europe joue un rôle moteur à l’échelle mondiale pour la définition des standards de qualité des formations supérieures.

La France s’est beaucoup battue pour que le processus de Bologne reste inclusif. Nous avons réussi à rompre avec la tentation de stigmatiser des lacunes de certains systèmes éducatifs pour entraîner vers le haut tous les pays au regard des critères souhaités pour l’enseignement supérieur. Cette démarche s’est concrétisée en 2019 par l’installation de peer groups. Ils réunissent le maximum de pays volontaires membres du processus de Bologne et organisent des échanges sur les bonnes pratiques pour tirer avantage des meilleurs succès. 

L’un de ces peer groups est dédié à l’assurance qualité et je ne peux que remercier le Hcéres d’avoir porté, en collaboration étroite avec la CTI, la voix française au sein de cette démarche de peer group sur l’assurance qualité, essentielle pour créer la confiance des étudiants et des enseignants, ce qui est la clé du processus de Bologne.
 



Témoignage recueilli dans le cadre du rapport d’activité 2019 du Hcéres