Témoignage de Julio Raffo

Chef de la section de l’économie de l’innovation, division de l’économie et des statistiques de l’Organisation Mondiale de la Propriété intellectuelle (OMPI), membre du Conseil d'orientation scientifique (COS) de l’OST

Publié le

Photo de Julio Raffo

Quel est votre rôle à l’OMPI ?

L’équipe que je dirige est en charge de toutes les études économiques liées à l’innovation et à la propriété intellectuelle (PI). Un des points forts de ma section est la connaissance des phénomènes et des données concernant la PI de tous les pays du monde. Nous recherchons aussi de nouveaux indicateurs car l’utilisation de la PI diffère beaucoup d’un pays à l’autre, selon sa taille et son niveau de développement. L’aspect socio-économique de notre mission nous pousse également à repérer de nouveaux indicateurs, comme par exemple ceux qui sont liés au genre (« inventeur/inventrice »).

Vous avez rejoint le COS1 en 2018. Quel est le sens de votre implication ?

L’OST est un des premiers à avoir fait de la scientométrie, il constitue d’abord une référence internationale pour moi qui ai un parcours lié à l’économie de l’innovation depuis mes années de jeune chercheur en Argentine puis en France et en Suisse. Et je crois que c’est autant ma vision que mes compétences dans le domaine des brevets et de traitement des données qui a poussé l’OST à me proposer de le rejoindre. Avec les autres membres du COS, français et étrangers, j’apporte ce regard d’expert extérieur nécessaire à l’OST pour nourrir ses processus et je bénéficie en retour de sa longue expérience, tout cela dans un esprit très collaboratif. 

L’accès aux données est-il un enjeu pour l’OST ?

L’enjeu actuel est moins l’accès aux données que les compétences et la créativité qui permettent de les analyser. C’est en améliorant sans cesse ses indicateurs dans une optique claire d’évaluation que l’OST conserve son avantage. La clef de sa réussite se trouve dans le compromis entre la production de rapports (indicateurs fiables et prouvés) et la recherche (qui explore et teste les limites des nouveaux indicateurs).

 


 

1 Le Conseil d’orientation scientifique (COS) de l’OST est composé de 12 membres. Il a été partiellement renouvelé en 2018, accueillant trois nouvelles personnalités, Catalina Martinez (CSIC Espagne) et Julio Raffo (OMPI), et Lucile Olier (INSEE).