Une culture à partager

Chaque chercheur est profondément habité par les valeurs positives de l’intégrité scientifique. Cette culture, présente chez chacun, est à consolider collectivement.

Un tel processus est mis en œuvre :

  • au sein des opérateurs (universités, organismes de recherche, agences, etc.) qui se dotent d’une politique en matière d’intégrité scientifique et désignent leur référent. Celui-ci, placé auprès du président ou du directeur général, veille à la bonne mise en œuvre de cette politique.  En particulier, il aide les chercheurs et les collectifs de recherche à se prémunir de situations d’injonctions paradoxales mettant leur intégrité à l’épreuve : « publish or perish », conflits d’intérêts, accès à des formations, à des dispositifs de sauvegarde et d’archivage des données, etc.
  • grâce à  l’organisation de formations dispensées par : 
    • les écoles doctorales pour les futurs docteurs,
    • les universités à différents niveaux de l’enseignement supérieur
    • les opérateurs de recherche pour les chercheurs établis.

À toutes les échelles d’organisation du système d’enseignement supérieur et de recherche, l’intégrité scientifique doit être un sujet de discussion et de mutualisation, un objet de culture commune dont chacun soit le garant et l’ambassadeur. 

Télécharger