Évaluation, Indicateurs et analyses, Intégrité scientifique, International, Europe

En 2019, le Hcéres a relevé de nouveaux défis

Publié le

2019, année de bilan et d’exploration, a été marquée par la fin du mandat de Michel Cosnard à la tête du Hcéres ; le rapport d’activité publié aujourd’hui témoigne de la solide reconnaissance acquise par le Haut Conseil après ses quatre années de présidence.

Rapport d'activité 2019« Le Hcéres doit être un tiers de confiance » rappelle Michel Cosnard dans un entretien où il évoque les grandes lignes de son mandat qui s’est conclu par un colloque invitant la  communauté de l’ESRI  à identifier les futurs possibles de l’évaluation. Le bilan 2019, plus riche encore de témoignages d’évalués, d’experts comme de décideurs, illustre cette confiance accordée par les acteurs.

Dans un contexte délicat d’une gouvernance en transition prolongée, le Hcéres a agi. Il s’est inscrit dans la dynamique des projets déjà lancés tout en relevant de nouveaux défis avec agilité :

  • intégrer les nouvelles dispositions de la loi ORE  et de l’arrêté licence dans l’évaluation des formations ;
  • ajuster sa méthodologie à l’évaluation d’objets issus du PIA , tels les huit instituts de recherche technologique (IRT), pour fournir aux services de l’État les instruments de pilotage utiles ;
  • adapter les processus d’évaluation aux récentes transformations du paysage de l’ESRI induisant une grande diversification des modèles d’établissements ;
  • explorer plus encore de nouveaux modes de valorisation des évaluations ;
  • accélérer la simplification des dispositifs d’évaluation et la modernisation du Haut Conseil, en particulier sa transformation numérique.

Le bilan 2019 affiche également une participation renforcée du Hcéres dans la réflexion stratégique indispensable au pilotage de la recherche, avec la parution du rapport de l’OST, Dynamics of scientific production in the world, in Europe and in France, (2000-2016) et l’essor d’une dynamique nationale de l’intégrité scientifique soutenu par l’Ofis, par ailleurs fortement engagé dans plusieurs programmes européens.

Le bilan 2019 souligne enfin l’expertise reconnue du Hcéres en Europe et à l’international, par une accélération des coopérations et la croissance constante des sollicitations d’institutions étrangères. Le succès de la première évaluation d’une infrastructure européenne de recherche, Ecrin, démontre la capacité du Hcéres à exporter son savoir-faire.

Pour les mois à venir, « deux enjeux majeurs se dessinent pour l’avenir du Hcéres »  conclut, dans son édito, Nelly Dupin, secrétaire générale, présidente par intérim : la transformation du Haut Conseil en autorité publique indépendante et l’installation de sa nouvelle gouvernance, « laquelle ne devrait pas manquer d’ouvrir pour lui de nouveaux horizons ».